« Nous avons décidé une réforme du franc CFA avec trois changements majeurs (…) dont le changement de nom » et « l’arrêt de la centralisation de 50 % des réserves au Trésor français ». Et sera en juillet 2020.

C’est l’annonce faite Alassane Ouattara lors d’une conférence de presse, ce samedi 21 décembre, aux côtés de son homologue français. Le président ivoirien revenait du sommet de la CEDEAO tenu à Abuja. En réponse, Emmanuel Macron a déclaré que le CFA était « perçu comme l’un des vestiges de la Françafrique » et qu’il se félicitait de la création de l’Eco en 2020.

Selon le président ivoirien, qui assure la présidence en exercice de l’UEMOA, le hit pays membres de cette Union abandonneront le CFA en juillet 2020. Cela a des implications comme la rupture des liens technique entre pays de la zone CFA et la Banque de France et le Trésor français.

En d’autres termes, Paris ne cogérera plus cette monnaie et retirera ses représentants des organes de gestion de la monnaie de l’UMOA. Nos confrères de RFI détaillent :  » L’éco conservera une parité fixe avec l’euro, ce qui garantit la même valeur de la monnaie pour les consommateurs. Cette disposition pourrait évoluer avec le temps et en fonction de la volonté des autres pays de la CEDEAO lorsqu’ils voudront rejoindre l’éco.

Enfin, la France garde un rôle de garant en cas de crise. Si jamais les pays de la zone éco n’ont plus de quoi payer leurs importations, la France le fera. Reste que si l’on en arrive là, Paris se réserve le droit de revenir dans une instance de décision, en l’occurrence le conseil de politique monétaire ». Le sigle retenu pour l’Eco est Ec.

Lefaso.net